Origine de la génétique colorée

Première domestication en Chine 6000 av. JC

Dans le genre Gallus, il existe plusieurs espèces sauvages qui ont leur territoire en Asie du Sud Est (Gallus varius, Gallus sonnerati, Gallus lafayetti et Gallus gallus ou coq rouge de jungle).Seul Gallus gallus donne des produits fertiles avec les poules domestiques et est donc « l’ancêtre des poules domestiques dont il partage le chant et le plumage ».Les plus anciennes traces de gallus domestiqué trouvées en Chine remontent à 6000 ans av.JC. L’espèce aurait ensuite gagnée l’Europe par deux voies, l’une par la Chine et la Russie, l’autre par la Perse et la Grèce.

Le développement de la sélection

La sélection animale, dont fait partie la sélection avicole, est basée sur la génétique factorielle, elle-même basée sur les lois du moine Mendel. Les travaux du moine Mendel sur les petits pois lisses et les petits rugueux ont servi de base aux travaux sur le règne animal. William Bateson, publié en 1902, a travaillé sur l’espèce Gallus, pour confirmer les premières lois sur l’hérédité dans le règne animal.

Dès 1930, les américains produisent les premiers croisements commerciaux. La situation est très claire à la fin de la 2ème Guerre Mondiale : si l’on veut se lancer dans l’élevage de volailles, il faut importer des animaux des Etats-Unis. Alliant vitesse de croissance et conformation, ces lignées ouvrent la voie à la sélection spécialisée de poulet de chair et condamnent les races mixtes.

Vers 1950, l’INRA et le SNAA ont la volonté de développer des génétiques Gallus françaises. C’est le début de l’activité du Centre du Magneraud qui se chargera de la mise au point des programmes de sélection, puis conseillera les sélectionneurs privés. A la fin des années 60, 6% des poulets de chair élevés en France sont issus d’une sélection française.

La révolution des poules naines

A la fin des années 50, une petite révolution apparait. Une équipe de l’INRA de Jouy en Josas découvre des poules anormalement petites, naines. Les scientifiques de l’INRA démontrent rapidement qu’il s’agit d’une mutation connue et décrite par un chercheur américain. Qui dit poules naines, dit moins de besoins alimentaires. L’idée originale sera d’introduire ce gène du nanisme dans des poules destinées à la production de poulets de chair. Le croisement entre une poule naine et un coq de taille normale donnera un poulet de taille normale !!

Premiers Label Rouge

Parallèlement au développement de la production standard, à la fin des années 60, des éleveurs créent les premiers Label Rouge Avicole, garantissant aux consommateurs une qualité supérieure de volailles, ayant pour origine des souches de poules à croissance lente. Rapidement, les accouveurs du Sud-Ouest s’inquiètent de l’hégémonie anglo-américaine sur la fourniture de génétique Gallus gallus. Ainsi, naît le projet SASSO, dédié à la sélection de lignées traditionnelles, colorées : poulets roux, cou-nu à peau jaune, roux à peau blanche, cou-nu noir. Voir la gamme SASSO.

SASSO sélectionne une poule naine

Pour multiplier ses lignées mâles, grâce aux découvertes de l’INRA, la SASSO développe elle aussi une poule rousse et naine, la SA51, destinée au marché Label Rouge. Economique en termes de consommation alimentaire, elle transmettra à sa descendance les caractères phénotypiques du coq. Si le coq a la peau blanche, le poulet aura la peau blanche. S’il est cou-nu, le poulet sera cou-nu.

Mise à jour le : 29/08/2014

SASSO, le spécialiste de la couleur